Montre-bracelet TechnoMarine Cruise TM120007

Montre-bracelet

TechnoMarine est un nom sonore : il contient la mer, la technologie et la couleur outremer de la profondeur. J'ai enfin eu l'occasion de regarder cette montre de plus près et je ne suis pas déçu !

Ce qu'on ne vous dit pas sur TechnoMarine

Traditionnellement, on dit à propos de TechnoMarine que :

  • la marque a été fondée en 1997 par Frank DuBarry à Saint-Tropez (station balnéaire en France), dont le siège est à Genève ;
  • le design innovant a apporté le succès ; les propriétaires incluent Madonna, Lenny Kravitz et Sharon Stone ;
  • les montres coûtent entre 1000 5000 et XNUMX XNUMX dollars (et c'est déjà le niveau Omega) ;
  • À l’intérieur se trouvent des calibres suisses mécaniques et à quartz.

Mais ils gardent généralement le silence sur le fait que désormais le niveau des heures n'est plus le même :

  • en 2007, DuBarry a vendu TM et depuis 2015, la marque appartient à Invicta ;
  • les MT modernes ne coûtent pas plus de 400 $ (j'ai cherché et je ne les ai pas trouvées) ;
  • calibres simples : quartz Ronda, quartz japonais ou mécanique niveau NH35. Oui, même le verre - uniquement de l'eau minérale ou Invicta Flame Fusion.

Toutefois, certaines choses sont restées inchangées.

L'excentricité jusqu'au bout

TechnoMarine a tout de suite misé sur l'audace, voire l'excentricité. Par exemple:

  1. Le premier modèle était en silicone translucide ;
  2. pour la première fois au monde, il a incrusté de diamants une montre en plastique ;
  3. Maori triangulaire libéré, etc.

TM bascule sans DuBarry. Ainsi, en 2014, la marque abandonne le Basel Watch Salon et présente à la place sa ligne sur les plages de Crète : un programme business en maillots de bain et shorts.

Croisière

Notre TM120007 fait partie de la ligne Cruise, qui est une collection de « montres vibrantes qui survivront aux aventures de celui qui les porte sur mer et sur terre ». Et l'essence correspond au nom.

Nous vous conseillons de lire:  Roi des fêtes : test de la montre The Electricianz ZZ-A1A/07-NLW

« Croisière » signifie « croisière, randonnée, croisière ». Pour la « randonnée et la croisière », la plupart des croisières ont une résistance à l’eau de 200 m. Beaucoup ont également un couvercle en plastique sur le boîtier, qui peut rafraîchir le design et/ou protéger la montre des rayures (le même que l'indestructible Victorinox INOX). Et pour les « croisières » - un design accrocheur.

Cadran des profondeurs de la mer

Le cadran est en plastique, mais à deux niveaux et profond. La base est décorée de vagues en relief, au dessus se trouve un cercle avec des index. Ils ressemblent à des barres de métal, mais en réalité ce ne sont que des rectangles de métal plats avec de la lumière sur un « piédestal » en plastique. Les marques sont jusqu'à un millimètre plus hautes que la base et semblent flotter parmi les vagues bleues. Le logo sur « 12 heures » est constitué de trois parties appliquées polies distinctes, et dans l'inscription TechnoMarine, en général, chaque lettre est un élément distinct !

La particularité de la montre est le sous-cadran de la petite seconde. C'est un chef d'oeuvre ! Il est nacré et au soleil, les rayures claires et sombres scintillent comme les changements de profondeur dans la mer. Sur le dessus se trouve une silhouette de raie pastenague en vernis bleu translucide. Dans l'obscurité, il disparaît, comme s'il pénétrait dans la colonne d'eau, et des rayons de lumière l'attrapent parmi les vagues. Les aiguilles des heures et des minutes sont brillantes, aux contours lisses, « vivantes », semblables à des poissons ou à des dauphins. Et la petite seconde est anguleuse, « technogénique », comme un sous-marin jaune parmi les raies pastenagues. Nous vivons tous dans un sous-marin jaune, ouais ! À propos, le design des aiguilles est unique - je n'ai jamais rien vu de tel.

Une petite seconde est un plus pour le quartz pas cher : il est imperceptible de rater le cap. Les énormes flèches argentées sur fond bleu sont faciles à lire. Oui, et il y a du Lume, même s'il est pire que celui des vrais plongeurs.

Nous vous conseillons de lire:  Astuce de vie : une horloge analogique au lieu d'une boussole

Boîtier et mécanisme : eh bien, ils sont là

Le cadran est magnifique, mais le reste est juste là.

Les bords du corps sont ennuyeux et « flous ». Les perles symétriques sur les côtés ont l'air bien, mais les vis décoratives sur les cornes semblent douteuses. La couronne est adhérente, large et ne gêne pas la flexion de la main.

Étonnamment, avec le WR200, cela ne se visse pas. Et la gravure du logo dessus est profonde, mais rugueuse.

La lunette honorerait même les plongeurs deux fois plus cher que la Cruise : confortable, unidirectionnelle, avec 120 clics clairs et aucun jeu. Mais une vraie lunette de plongée devrait avoir un marqueur lumineux, et celle-ci n'en a pas, il s'agit donc d'une « montre de style plongeur ».

Le fond vissé est simple : finement gravé du logo, des informations techniques et du numéro de série à 8 chiffres de la montre. En dessous, la Seiko VD78 est une machine simple et peu coûteuse, sans pierres. Trois ans d'autonomie sur le SR 626 SW, +-20 secondes par mois, stop seconde, pas d'EOL - pas grand chose d'autre à dire à ce sujet.

Atterrissage

Sur la photo la montre paraît petite, mais en réalité elle a un diamètre de 49 mm. En même temps, sur mon poignet de 16,5 cm, ils s'adaptent, certes à la limite du possible, mais très confortablement : ils sont agréablement lourds et ne défilent pas. Un problème : avec ses 12 mm d'épaisseur, le Cruise ne veut pas se glisser sous les poignets.

Je loue le bracelet en silicone de 20 mm : doux, dense, souple, agréable à la main et doté d'un système de remplacement rapide. Il y a deux inconvénients : la fixation n'est pas standard et la poussière est magnétique.

Même le design de la boucle a été pensé : deux types de finitions et des contours astucieux qui mettent en valeur le logo.

Deux inconvénients : objectif et subjectif

L'inconvénient objectif du TM est le verre : un verre minéral plat dépassant au dessus de la lunette. Bonjour les rayures !
Subjectif : la beauté de la montre est quelque peu artificielle, comme si les designers avaient pour mission de « la faire ressembler à ceci ». Par exemple, la pente fantomatique du petit cadran est élégante, mais celle en argent de la lunette est maladroite. Pourquoi est-il là ?

Nous vous conseillons de lire:  Montre-bracelet TAG Heuer Monaco Chronographe Night Driver

Résumé

Pros. Design audacieux reconnaissable. Fabrication. Attention au détail. Ajustement confortable et bonne lisibilité.

Cons. Ne convient pas aux vêtements formels, ne rentre pas sous les poignets. Verre minéral.

Verdict En termes de prix/caractéristiques, ce n’est pas le choix optimal. En termes de design et de charisme, elle est très intéressante comme montre de week-end (et comme la seule si la garde-robe est informelle).