Cornavin CO.BD.05.L : bon, presque excellent

Le chronographe Cornavin vert fait une forte première impression et semble plus cher qu'il ne vaut. Objectivement, la montre est très bonne : fabriquée sans défauts, de haute qualité et belle. Mais subjectivement, ils ne se rapprochent toujours pas de l'idéal.

Honest Swiss made : un regard subjectif sur l'essence de Cornavin

Nous avons eu l'impression que l'ADN de Cornavin moderne est "une alternative bon marché mais honnête aux montres chères" (la marque joue dans le segment moyen inférieur du marché horloger suisse). Cornavin n'invente pas ses propres designs, mais utilise les idées gagnantes de montres légendaires beaucoup plus chères. La ligne Bellevue, comme le note à juste titre une revue récente, est similaire aux Glashutte Original Sixties, qui sont trente fois plus chères.

La ligne Downtown fait référence à la Audemars Piguet Royal Oak. La ligne Big Date, qui comprend notre chronographe CO.BD.05.L, selon la société, s'inspire des montres Cornavin des années 1960 - mais pour une raison quelconque, j'y vois des chronographes IWC. Cependant, Cornavin ne s'abaisse pas à la copie pure et simple.

Comparez : IWC Pilot Chronograph (voir la forme des aiguilles et les marques 3-6-9-12, finition du cadran), IWC Portugieser (chiffres XNUMXD et petites aiguilles), notre Cornavin.

Cornavin n'a pas de légendes marketing sur "une histoire qui commence dans la Suisse du XVIIIe siècle" autour de Cornavin, comme certains confrères du segment abordable. Les montres se distinguent par une très bonne finition, mais le budget est visible dans les détails - c'est aussi honnête. En général, si une montre est nécessaire pour montrer la sophistication des montres ou souligner la richesse, ce n'est pas pour Cornavin. Et si vous avez besoin d'une machine suisse de haute qualité, mais la plus abordable pour tous les jours, alors Cornavin est fait pour cela.

Mais il y a aussi un temps fort dans l'histoire de Cornavin. Quelles autres montres suisses peuvent se vanter du passé soviétique ?

Monsieur le camarade Cornavin

La montre Cornavin porte le nom du quartier central et de la gare de Genève. La marque est apparue en 1922, a disparu des radars pendant les années de la révolution du quartz, puis est revenue sur le marché. Plus de détails peuvent être trouvés dans l'aperçu général de l'histoire de la marque, et nous nous concentrerons sur deux décennies : les années 70 et 80. Au cours de ces années, Cornavin avait un lien avec l'URSS. Ce qu'il y avait exactement n'est pas clair: le site officiel est silencieux, il n'y a pas d'informations exactes sur les forums de montres russes et internationaux.

Les montres soviétiques étaient bien exportées vers l'Occident sous des noms "occidentaux" - par exemple, "Poljot" était vendu sous le nom de Poljot et Seconda. Probablement, l'URSS avait également besoin de la marque Cornavin comme marque d'exportation.

La société suisse à coopérer, probablement, a été poussée par la "crise du quartz". Dans les années 70 et 80, les industriels de la mécanique ont sauté sur toutes les occasions pour survivre : ils sont passés au quartz, ont inventé de nouveaux types de mécanismes, ont déménagé des usines en Asie, etc. Cornavin a aussi beaucoup essayé. En 1976, il a ouvert une division à Hong Kong, qui a duré sept ans. Dans les années 1970, il externalise la production : mouvements - soviétiques, cadrans - taïwanais, boîtiers et assemblage - Hong Kong. Apparemment, cela n'a pas aidé, car dans les années 1980, les montres de la marque Cornavin ont commencé à être entièrement fabriquées dans les usines soviétiques Raketa, Polet, Luch, Zarya, Slava et ZiM.

Nous vous conseillons de lire:  Revue de la montre homme japonaise Casio G-Shock GA-100B

Faites attention aux logos Cornavin sur la photo ci-dessous. Du logo suisse d'origine, les montres "soviétiques" ont pris une police de caractères "slide" légèrement modifiée. Sur certaines montres, mais pas toutes, ils ont ajouté une "exclusivité soviétique" - un nouveau logo sous la forme d'un espadon. Peut-être y a-t-il une logique (il y a une opinion selon laquelle l'espadon était représenté sur des montres destinées à l'exportation vers la "mer" de Cuba). Ou peut-être pas - pendant de nombreuses années, au moins six usines indépendantes ont travaillé sous la marque Cornavin, et il est peu probable qu'elles aient eu un livre de marque commun.

De gauche à droite et de haut en bas : Cornavin de fabrication suisse des années 1960, Cornavin "soviétique" avec un espadon des années 1970, Cornavin "soviétique" sans logo des années 1980, Cornavin suisse des années 1990. Désormais, le logo Cornavin est une simple police de caractères.

"Soviet Cornavin" a été exporté dans le monde entier - des pays du camp socialiste à Cuba et en Amérique latine (des modèles avec des jours de la semaine en espagnol sont connus). Ils ont également été vendus à l'intérieur de l'URSS. Leur histoire s'est terminée avec l'effondrement de l'URSS et de l'industrie horlogère soviétique - dans les années 1990, seuls les anciens stocks soviétiques restaient en vente. Eh bien, les collectionneurs étrangers disent que dans les mêmes années 1990, ils ont déjà acheté de nouveaux Cornavins de fabrication suisse.

Cornavin moderne est fabriqué en Suisse. Cela signifie qu'ils sont développés en Suisse, qu'ils ont un mécanisme suisse et que 60% du coût total de production est pris en charge par la Suisse. Étant donné que Cornavin utilise des calibres étrangers (toutes les montres à quartz utilisent Ronda), que les boîtiers et autres périphériques sont probablement achetés en Asie et que de nombreux modèles sont produits en éditions limitées de 999 pièces, il semble correct de considérer la marque comme une micro-marque suisse.

Parlons enfin des montres.

Cadran : le jeu de la lumière du soleil et le souci du détail

Lors de la première rencontre, la montre fait une très forte impression - principalement en raison du beau cadran. Le polissage radial fin donne l'effet des rayons du soleil jouant sur un fond vert juteux. Trois petits cadrans sont décorés d'un guillochage concentrique, qui donne également l'effet des rayons du soleil. Les rayons du cadran principal et des sous-cadrans sont toujours dirigés dans des directions différentes, et si vous tournez la montre à la lumière, les rayons se poursuivent joyeusement.

Et surtout, ce sont des biseaux le long du bord des sous-cadrans, polis et brillants d'un éclat métallique. Une solution rare et belle - en fait, c'est précisément cela qui ravit! Ces chanfreins riment avec le cadre poli qui entoure la double date - en un mot, les éléments de design se synergisent les uns avec les autres.

Toutes les étiquettes sont tridimensionnelles, suspendues, en métal, remplies d'un bon phosphore blanc Super-LumiNova. Tout est fait avec beaucoup de soin : pas de stries ni de bavures, la position des marques ne s'écarte pas du balisage. Le motif des marques 3-6-9-12, comme vous l'avez déjà vu, fait allusion aux chronographes du pilote. Le phosphore leur fait allusion: les chiffres et les marques brillent complètement - c'est la norme pour les montres de pilote, mais une rareté pour celles "de bureau".

Nous vous conseillons de lire:  HYSTERIC GLAMOUR x G-SHOCK quatrième collaboration appelée "HYSTERIC TIMES"

Il n'y a rien de spécial dans les aiguilles des sous-cadrans et de la seconde centrale - juste des aiguilles soigneusement coupées et polies. Mais l'heure et la minute sont vraiment bonnes : forme rhombique (une référence au célèbre B-Uhr du pilote), polies dans un miroir et généreusement inondées de lumière.

Initialement résolu le problème avec le logo. Ce n'est pas une lettre de voiture, mais elle est imprimée sur un "piédestal" volumineux - à la fois beau et inhabituel. Bien sûr, tout le texte sur le cadran - logo, inscriptions, marquages ​​sur la trépointe inclinée et petits sous-cadrans - est impeccablement imprimé.

Cadre. Simple et de bon goût

Le boîtier est plutôt gros - 43 mm de diamètre - et plutôt dodu. Les oreilles sont courtes, presque pas pliées, de sorte que la montre ne repose pas parfaitement sur la main. Mais c'est la seule chose à redire. Le décor de l'étui est simple et élégant. Parois latérales - avec un meulage horizontal fin, qui entre les oreilles se transforme en polissage. Au sommet, il y a une fine lunette polie légèrement arrondie et les pattes sont chanfreinées. Tout cela est magnifique à l'ombre et joue avec les contrastes à la lumière - soit les flancs sont clairs et la lunette sombre, soit le vernis brille sur le flanc mat. La géométrie est assez correcte - bien sûr, il ne faut pas s'attendre à des visages fous de Grand Seiko. Et en plus - un verre saphir plat, et sans anti-éblouissement : le temps est toujours visible, mais il est difficile de capturer une image sans éblouissement avec un appareil photo.

La couronne audacieuse d'inspiration techno attire le regard, quelque chose que vous ne vous attendriez pas à voir sur une montre aussi élégante. Grand, adhérent, il ressemble le plus à un écrou à 8 pans et semble dire bonjour à la ligne Cornavin Downtown (et personnellement à Gerald Genta). A y regarder de plus près, le sillet se révèle également élégant : côté relief, un octogone poli encadre un "C" volumétrique poli s'élevant sur un fond mat. La couronne ne se visse pas, mais la montre a une étanchéité à vie de WR8. Les poussoirs du chronographe sont également polis - celui du haut démarre et arrête le compte à rebours, et celui du bas le réinitialise.

Les couvertures arrière des lignes Cornavin Bellevue et Downtown sont plutôt ennuyeuses - le nom de la marque, les informations de service et un motif peu profond. Mais la couverture de Big Data est ornée d'une gravure tridimensionnelle chic et profonde représentant un globe. Il y a un mystère là-dedans : bien que la marque semble n'avoir rien à voir avec l'Afrique, pour une raison quelconque, ce continent est au centre de l'image. De l'Eurasie, d'où vient l'horloge, seul un morceau qui dépasse l'horizon s'est élevé.

Le couvercle n'est pas un cracker, comme on pourrait s'y attendre avec un WR50, mais sur des vis. Cela ne semblerait rien de spécial. Mais dans le contexte des octogones, des citations de montres légendaires et de belles gravures, ils ne sont pas perçus comme un élément de fixation, mais comme faisant partie du design et comme une référence au même AP Royal Oak.

Calibre - Honnête Ronda

La montre a un honnête quartz Ronda 5050.B. C'est un calibre à 6 ou 13 rubis (selon les versions), ce qui est très bien pour une montre à quartz. Et en général, en termes de fiabilité, Ronda a une bonne réputation.
Capacité du chronographe - 12 heures, précision - 1/10 de seconde. Le sous-cadran "à 9h30" n'est pas tout à fait ordinaire - il combine un entraînement de 12 heures avec un minute: les aiguilles des heures et des minutes, comme dans une montre ordinaire (en position zéro, elles se cachent l'une sous l'autre ). Les secondes sont comptées par une grande aiguille centrale, qui ne fonctionne qu'en mode chronographe. "On 6" est l'accumulateur des dixièmes de seconde, "on 2:30" est une petite seconde qui va toujours.

Nous vous conseillons de lire:  Montre homme Auguste Reymond de la collection Magellan Automatic

Lorsque le chronographe est réinitialisé, les aiguilles avancent doucement jusqu'à zéro. Les aiguilles des heures et des minutes du chronographe partagent un moteur électrique commun, donc si vous réinitialisez le chronographe après 10 minutes, l'aiguille des heures du chronographe défilera lentement vers l'avant jusqu'à ce qu'elle atteigne la marque 12, et l'aiguille des minutes fera 12 tours complets. . Eh bien, oui, c'est normal - juste la conception du calibre.

Mais ce qui est vraiment triste avec Ronda, c'est que la trotteuse ne fait pas mouche sur de nombreux exemplaires. Cela s'applique à notre Cornavin ainsi qu'à des montres beaucoup plus chères comme Tag Heuer. Ce serait bien si cela ne concernait que la seconde centrale - cela agace rarement, uniquement en mode chronographe. Mais même pour une petite seconde, les ratés dans les risques de 5 secondes sont visuellement perceptibles. Cependant, si vous avez besoin de quartz suisse, où une seconde est garantie de ne pas manquer - prenez le Longines Conquest VHP avec contrôle de la position des aiguilles, je ne me souviens pas d'autres options.

Les manipulations avec le chronographe sont tactilement bonnes. Les boutons, bien sûr, ne sont pas pressés avec un clic aussi clair que la mécanique - mais pas avec une viscosité aussi informe que le Casio de départ. La précision déclarée pour 5050.B est de -10 à +20 secondes par mois, il y a un hack (arrêt de la trotteuse pour un réglage fin).

Grande double date - avec une translation rapide en deuxième position de la couronne. Ce qui est très bien, il y a une fonction pour corriger les aiguilles du chronographe si elles s'égarent. Certes, le pas lors du réglage est fixe - une division. Cela signifie qu'un grand décalage des flèches peut être corrigé, mais pas un coup inexact sur la marque.

Bon! Mais…

Cornavin est bon. La conception est difficile à reprocher. Mais il y a un "mais".

D'abord et avant tout, l'impression générale. Le design est correct, mignon et… pas mémorable. Retirez le logo de Panerai, Tag Heuer Formula 1 ou Seiko et Citizen et vous aurez toujours une idée approximative de ce qui est devant vous. Enlevez le logo de CO.BD.05.L et vous devrez longtemps deviner de quel type de montre il s'agit : « Micro brand ? Quelque chose avec AliExpress? CBI ? Aaah, Cornavin, et comment je n'ai pas deviné tout de suite. »

Le design discret universel peut être vendu à une clientèle plus large, les montres lumineuses sont moins compatibles avec différents styles vestimentaires et s'ennuient plus vite... Mais toute cette fadeur a assez vite tué l'effet waouh initial.

La seconde est la seconde main, battant au-delà des marques.

Le troisième est un plongeon de date blanc sur le cadran vert. Oui, ce sont des bagatelles, mais elles font mal aux yeux. Par conséquent, la montre, à notre avis, est bien faite - mais pas géniale.

Vous aimez cet article? Partager avec des amis:
Harmonissimo
Ajouter un commentaire

;-) :| :x : Twisted: :sourire: :choc: : triste: : Roll: : Razz: :Oops: :o : Mrgreen: : Lol: : Idea: : Grin: :mal: :cri: : Cool: :flèche: : ???: :?: ::